L’ARGILE

L’argile est la première matière première utilisée. J’utilise principalement du grès de St Amand-en-Puisaye. Cette terre est largement utilisée chez les potiers français.

LE TOURNAGE

Tournage

Les poteries sont réalisées sur le tour du potier à partir d’une motte de terre.

Après avoir centré la terre, le potier (ou -en l’occurrence-la potière) façonne la pièce sur la girelle pour obtenir la forme désirée.

Les mains sont les principaux outils de cette étape.

Sur certaines pièces, viendront ensuite les étapes de décor, et de finition (ansage, tournassage,…) lorsque la pièce aura changé de consistance et sera à l’étape “cuir”

LE SECHAGE

Le séchage des pièces est une étape importante. Il faut veiller à ce que la pièce sèche lentement ou en tout cas uniformément et complétement. L’eau résiduelle de l’argile doit s’évaporer entièrement.

Le temps de séchage dépend de plusieurs éléments : le type d’argile, l’épaisseur de la pièce, la température extérieure et le taux d’humidité de l’air ambiant. Il est difficile de prévoir le temps exact nécessaire au séchage. L’œil averti que l’artisan pose sur ses pièces sait le déceler et la main du potier à travers le toucher de la pièce permet de s’en assurer.

Tout céramiste apprend que le temps est un compagnon intrinsèque de son travail, qui parfois le ralentit, le contraint ou le booste.

LA PREMIÈRE CUISSON

Après séchage final des pièces, il est procédé à une première cuisson site de “dégourdi”, parfois aussi appelée “biscuit”. Les pièces sont débarrassées de toute l’eau résiduelle. Un retrait peut être observé.

LES EMAUX DE GRES

Après la première cuisson, l’émail va être appliqué sur la pièce. L’émail est constitué de différentes matière premières : feldspaths, silice, kaolin, talc et craie. Les quantités et origines des matières premières vont constituer la nature de l’émail, sa brillance, son état (bulleux ou fondant) et donc son rendu final.

A cette base d’émail, il est également ajouté différents minéraux, oxydes et carbonates. Chaque minéral ou oxyde va déterminer la couleur finale de la pièce.

Le bain d’émail est constitué de poudre en dispersion dans de l’eau. Lorsque l’émail est appliqué sur la pièce, l’eau s’évapore et il se dépose une fine couche de poudre sur la pièce.

J’ai appris à confectionner moi-même mes émaux à partir de ces matières premières. Ceci me permet d’obtenir une gamme de couleur, de brillance et un état final qui me sont propres. J’ai mis au point l’ensemble de ces “recettes” d’émaux . Ces émaux sont issus d’une recherche personnelle qui a demandé de nombreuses heures de travail et d’expériences.

LA CUISSON D’EMAILLAGE

Une seconde cuisson est alors réalisée pour obtenir la pièce émaillée. Lors de cette seconde cuisson dite de “haute température”, l’ensemble des composants utilisés dans l’émail va subir des transformations chimiques et des transformations physiques dans le four.

Cette fois-ci, le four monte à une température avoisinant les 1280°C pour obtenir une cuisson adéquate au grès. A l’issue de cette cuisson, les pièces sont recouvertes d’un émail.